Compétitivité Économique

AIDE DIRECTE AUX MANUFACTURIERS : TOUJOURS AUSSI NÉCESSAIRE

SONDAGE AUPRÈS DES MANUFACTURIERS ET EXPORTATEURS QUÉBÉCOIS

Montréal, le 6 juin 2020 – Les impacts liés à la masse salariale sont les plus critiques pour les entreprises dans le secteur manufacturier au Québec, dans un contexte de crise pandémique. C’est ce que révèle un nouveau sondage mené par MEQ auprès de ses membres à la fin mai.

Manufacturiers & Exportateurs du Québec (MEQ) est préoccupé par les contrecoups potentiels auxquels devront faire face les entreprises manufacturières lorsque la subvention salariale viendra à échéance à l’automne prochain.

Bien que MEQ soit majoritairement satisfaite de l’aide offerte par les gouvernements pour soutenir les entreprises dans le contexte de la pandémie, les manufacturiers sont clairs, la crise de la COVID-19 a eu un sérieux impact sur la demande locale et internationale, et ainsi sur leur niveau de production.


Un répit pour les manufacturiers, pour combien de temps?

Dans le contexte économique actuel, la grande majorité des manufacturiers et des exportateurs sondés (75,9 %) soutiennent que l’essentiel de leur fardeau financier est lié à la masse salariale. La Subvention salariale d’urgence constitue donc une mesure de soutien économique direct de premier choix, selon près du 2/3 des membres qui affirment avoir recours à cette mesure. « L’aide gouvernementale directe offerte par la subvention salariale permet aux entreprises de notre secteur de garder le cap, tout en conservant les emplois et en diminuant les principaux coûts des entreprises », souligne Véronique Proulx, Présidente-directrice générale de MEQ.

MEQ reste toutefois sur ses gardes quant aux perspectives pour les entreprises lorsque la subvention salariale prendra fin, au mois d’août 2020. Selon un peu plus de la moitié de membres (55 %), la demande étrangère et locale pour les produits du secteur manufacturier risque d’être insuffisante pour soutenir adéquatement les entreprises, et ce, pour une perspective de 3 à 6 mois. « Les manufacturiers vivent présentement sur du temps emprunté. Le plus grand impact de la crise, ce sera à l’automne qu’il se fera le plus sentir », affirme Véronique Proulx.


Dynamiser l’économie grâce au secteur manufacturier

Avec un fonctionnement à pleine capacité depuis plusieurs semaines, le secteur manufacturier joue un rôle de premier plan pour dynamiser l’économie québécoise et canadienne. À cet égard, MEQ reconnaît le rôle majeur des mesures gouvernementales. « Les chiffres parlent d’eux-mêmes : près de 90 % de nos membres sont satisfaits de la gestion de crise du gouvernement; sans une aide directe, nos membres ne pourraient être les leaders qu’ils sont pour l’économie, insiste Véronique Proulx. Il est maintenant temps de passer à la prochaine étape : dynamiser de façon durable le secteur manufacturier pour assurer la relance du Québec. » Pour ce faire, MEQ préconise quatre actions prioritaires, soient :

  • Prolonger la subvention salariale d’urgence et adapter les critères afin de permettre à davantage de manufacturiers d’y avoir accès;
  • Offrir des aides financières directes pour stimuler l’investissement en automatisation et robotisation;
  • Revoir à la hausse les crédits d’impôt à la recherche et développement afin de favoriser la réalisation de projets au Québec;
  • Stimuler la demande locale en accélérant les projets d’investissements publics, et en revoyant les politiques d’approvisionnement publiques.

À propos de Manufacturiers & Exportateurs du Québec (MEQ)

MEQ représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier québécois emploie près de 500 00 de personnes et représente 14 % du PIB ainsi que 89 % des exportations. En forte croissance, il a généré des ventes globales de près de 170 millions de dollars en 2019.

Consulter les résultats du sondage

Renseignements

Isabelle Verge
514-701-7223
iverge@tactconseil.ca