Nouvelles mesures en immigration: des changements insuffisants pour pallier la pénurie de main-d’œuvre dans le manufacturier

Montréal, le 30 octobre 2019

Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) juge que les nouvelles mesures en immigration sont insuffisantes pour pallier la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur manufacturier. Certaines mesures, dont celle élargissant le PEQ, sont favorables à l’industrie. Toutefois, le plan d’immigration du Québec pour l’année 2020 ne permet pas de répondre aux besoins criants de l’industrie.

Le plan d’immigration prévoit une hausse légère des seuils d’immigration de 43 000 à 44 500 pour 2020, toute catégorie d’immigration permanente confondue. Cette hausse ne changera pas fondamentalement la donne pour le secteur manufacturier, où les besoins sont criants avec plus de 16 000 postes vacants. « Une stratégie d’immigration économique plus ambitieuse et à la hauteur des besoins du marché du travail est nécessaire. Il y a une réalité économique sur le terrain qui dépasse largement ce que propose le gouvernement », affirme Véronique Proulx, Présidente-directrice générale MEQ.

Priorisation en lien avec les besoins
MEQ est favorable à ce que le programme de l’expérience québécoise (PEQ) pour les étudiants soit désormais ouvert spécifiquement aux programmes d’études en lien avec les besoins du marché du travail pour tous les programmes techniques de plus de 900 h. « La priorisation des domaines d’études en lien avec les besoins du marché du travail permettra à terme de répondre plus spécifiquement aux besoins des manufacturiers, c’est une bonne nouvelle pour l’industrie. Cependant, le gouvernement du Québec devra s’assurer que le fédéral prévoit un permis de travail d’une durée minimum d’un an pour permettre aux étudiants d’avoir l’expérience de travail requise », ajoute Véronique Proulx.

MEQ demande donc au gouvernement de s’assurer de ne pas alourdir les processus via les exigences de français et l’apprentissage des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises. « Le sentiment d’urgence se poursuit sur le terrain, les manufacturiers sont dépourvus face à l’ampleur et l’impact de la pénurie de main-d’œuvre. Toute mesure qui permet de favoriser un arrimage entre leurs besoins et l’immigration, et qui permet aussi de faciliter et d’accélérer les procédures et les délais, est bienvenue », ajoute Mme Proulx.

16 000 postes vacants
MEQ rappelle que les deux tiers des 16 000 postes vacants ne requièrent qu’un secondaire 5 ou moins au Québec dans le secteur manufacturier et que ces besoins ne peuvent être comblés via l’immigration permanente. Le programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) qui relève du gouvernement fédéral doit être revu rapidement afin de répondre aux besoins des manufacturiers. MEQ demande depuis plusieurs mois au gouvernement fédéral d’assouplir ce programme.

 

À propos de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ)

MEQ représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier canadien emploie 1,7 million de personnes et génère les deux tiers des exportations. En forte croissance, en 2018, il a généré des ventes globales de 685 $ milliards. www.meq.ca

 

POUR TOUT RENSEIGNEMENT:

Véronique Proulx, EMBA
Présidente-directrice générale
Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)
514-222-8204
veronique.proulx@meq.ca