main-d'œuvre

PLAN EN IMMIGRATION : UN RÉÉQUILIBRAGE QUI DOIT SE FAIRE RAPIDEMENT

MONTRÉAL, LE 29 OCTOBRE 2020

Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) est d’avis que le plan d’immigration du Québec pour l’année 2021 déposé aujourd’hui par la ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Mme Nadine Girault, ne permet pas de répondre aux besoins importants de main-d’œuvre, notamment dans le secteur manufacturier. Il faudra d’autant plus effectuer un rattrapage rapide au cours des prochains mois afin de combler les admissions non réalisées cette année.

« Actuellement, les besoins de main-d’œuvre sont les mêmes qu’avant la pandémie. Dans toutes les régions du Québec, les manufacturiers peinent à trouver les gens dont ils ont besoin. La COVID-19 n’a pas changé cela. Les entreprises manufacturières, pour demeurer pleinement concurrentielles et être en mesure de produire à pleine capacité, ont besoin de l’immigration temporaire et permanente », affirme Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ.

Un retard à rattraper rapidement

De la fourchette de 43 000 à 44 500 admissions prévues en 2020, un déficit se situant entre 13 000 et 18 000 admissions est attendu. MEQ comprend que la crise sanitaire actuelle a certainement contribué à retarder l’atteinte des cibles fixées. Toutefois, l’association demande au gouvernement du Québec de s’assurer d’effectuer le rattrapage le plus rapidement possible et de mettre en place tous les moyens nécessaires pour parvenir à un rééquilibrage.

« Déjà, au cours des dernières années, les seuils en immigration ont été diminués. Si en plus les cibles ne sont pas atteintes, le gouvernement du Québec doit proposer un plan de match solide afin d’en diminuer les impacts sur le terrain. Il doit mettre tout en œuvre pour que les gens qui devaient venir puissent le faire dans les meilleurs délais. Il ne faut pas nuire à l’essor de nos entreprises, surtout pas dans le contexte actuel », ajoute Mme Proulx.

MEQ demande également de revoir le programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) qui relève du gouvernement fédéral. Il devient nécessaire d’assouplir ce programme et de le rendre plus flexible et rapide pour répondre aux besoins des manufacturiers.

Des programmes pilotes attendus

Par ailleurs, hier, la ministre Girault a annoncé le déploiement prochain de trois programmes pilotes en immigration permanente. MEQ salue la décision d’aller de l’avant avec ces initiatives très attendues et soumettra dans les prochains jours ses commentaires dans le cadre de la publication de ces règlements.

Agir sur plusieurs fronts

Rappelons enfin que MEQ participe également aux efforts du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, visant à maximiser le retour en emploi des chômeurs et à soutenir la productivité des entreprises. MEQ a également proposé des moyens visant à requalifier et rehausser les compétences des travailleurs.

« Pour que l’économie du Québec se remette rapidement sur les rails, il nous faut agir sur plusieurs fronts. On doit effectivement s’assurer de maximiser le retour en emploi des chômeurs, mais cela ne règlera pas tous les besoins de main-d’œuvre de nos manufacturiers. C’est pourquoi le Québec doit se doter d’une stratégie d’immigration économique ambitieuse à la hauteur des besoins du marché du travail. La pandémie ne doit pas stopper les efforts du Québec dans le recrutement des meilleurs talents », conclut Mme Proulx.

À propos de Manufacturiers & Exportateurs du Québec (MEQ)

MEQ représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier québécois emploie près de 450 000 de personnes et représente 14 % du PIB ainsi que 89 % des exportations. En forte croissance, il a généré des ventes globales de près de 170 milliards de dollars en 2019.

Renseignements

Marie-Ève Labranche
Directrice des affaires publiques et gouvernementales, MEQ
514-570-5469
marie-eve.labranche@meq.ca